Primaths2 tirelire

Les problèmes proposés dans cette page sont issus de la vie ordinaire d'une classe.

 

Les programmes de 2008 demandent en CP de « résoudre des problèmes de vie courante »… mais qu'est-ce qu'un problème de vie courante ?

Il nous semble préférable de privilégier la vie de la classe pour au moins deux raisons :

 

Les données du problème sont physiquement présentes. Le maître peut évidemment écrire au tableau quelques mots clés, quelques nombres, de courtes phrases, mais les élèves ne sont pas entièrement dépendants de leurs capacités en lecture pour comprendre le problème. L'introduction trop rapide de problèmes posés uniquement à partir d'un énoncé écrit est source d'inégalité : un élève en difficulté avec la lecture se retrouve alors mécaniquement en difficulté avec les mathématiques uniquement parce qu'il ne peut pas comprendre la question qui lui est posée.

 

Une validation expérimentale est possible : quand on a répondu au problème, on confronte le résultat trouvé par la réflexion à la situation concrète. Le nombre de ballons trouvé permet-il vraiment d'organiser le jeu comme prévu ? Chaque élève a-t-il vraiment un crayon ? Ce retour à la situation est un élément fort pour convaincre de la pertinence des méthodes utilisées.

 

Dans les problèmes portant sur une situation extérieure à la classe, seulement évoquée, une telle validation n'est généralement pas possible. Le risque est alors que, pour certains élèves, la résolution de problèmes devienne une activité formelle, superficielle (il faut faire des opérations…).

 

Bien entendu, les problèmes qui suivent ne peuvent pas être utilisés tels quels.

La vie de cette classe fictive n'est pas la vie de votre classe, mais des occasions analogues se présenteront certainement. Bien souvent le maître se charge des petits calculs nécessaires à l'organisation de la vie de la classe alors qu'il peut les confier à ses élèves.

 

Quand un problème a été résolu, débattu et expliqué avec les valeurs réelles de la classe, il est généralement utile de le reprendre avec d'autres valeurs, ce qui permet à ceux qui n'ont pas réussi la première version d'utiliser les idées mises en évidence lors de la mise en commun : " et si vous étiez 25 élèves dans la classe, et pas 22, combien faudrait-il de balles ? "

La validation à l'aide des objets reste possible en remplaçant les trois élèves fictifs par des chaises ou d'autres objets.

Vous trouverez ici d'autres problèmes portant sur des situations créées de toutes pièces indépendamment de la vie de la classe.

Quelques exemples de problèmes :

 

Pour le travail prévu en EPS, il faut 20 cerceaux.

4 élèves sont responsables de les porter.

Peuvent-ils avoir chacun le même nombre de cerceaux ?

 

 

Les 22 élèves de la classe sont répartis sur 6 tables de 3 élèves et une table de 4.

Chaque table doit fabriquer un sablier en assemblant deux bouteilles.

Un élève a compté les bouteilles disponibles, il y en a 17.

Avons-nous assez de bouteilles ?

 

 

Pour un jeu en EPS, les 24 élèves de la classe se mettront par deux.

Il faut une balle par équipe de deux élèves.

Combien faut-il prendre de balles ?

 

Ensuite, nous nous mettrons par équipes de 4.

Est-ce que tous les élèves seront dans une équipe ?

 

 

La maîtresse veut donner un crayon à chaque élève.

Il y a 23 élèves dans la classe, mais la maîtresse n'a plus que 15 crayons, il faut envoyer un élève en demander dans la classe voisine.

Combien de crayons devra-t-il demander ?

 

 

Chaque élève doit apprendre une poésie. Ils doivent choisir entre « L'écureuil » et « Le petit hibou ». 8 élèves sur 21 ont choisi l'écureuil. Combien la maîtresse doit-elle prévoir de photocopies du petit hibou ?

 

 

À l'occasion d'un anniversaire, Zoé a apporté un paquet de bonbons. Elle a compté les bonbons du paquet, il y en a 53.

Zoé peut-elle donner trois bonbons à chaque élève de la classe ?

 

 

Les livres sont rangés en deux piles. Luc a compté qu'il y a 11 livres dans une pile. Choélia a compté 12 livres dans l'autre pile.

Combien y a-t-il de livres en tout ?

 

 

En EPS, on travaille sur la poutre. Il y a quatre poutres et trois élèves peuvent travailler simultanément sur chaque poutre.

Pour les autres élèves, la maîtresse prévoit un cerceau.

Combien de cerceaux faut-il emporter ?

 

 

 

 

.