Primaths2 tirelire

Faut-il afficher les tables de multiplication dans la classe ?

Faut-il les laisser à la disposition des élèves sous forme individuelle ?

 

La réponse peut sembler évidente à certains, mais il nous semble néanmoins que la situation est un peu paradoxale :

Si les tables ne sont pas disponibles, ni en version collective murale, ni en version individuelle, les élèves qui ne les ont pas encore mémorisées seront mis en difficulté dans toutes les activités de calcul ou de résolution de problèmes numériques.

Si elles sont disponibles, cela n'incite absolument pas à les mémoriser puisqu'il suffit de regarder le document à chaque fois qu'on en a besoin.

 

Nous ne discuterons pas ici le choix entre la présentation table par table et la table de Pythagore (tableau à double entrée), il nous semble, quand l'enjeu est la mémorisation, qu'on peut laisser aux élèves le choix entre les deux.

 

Pour résoudre le paradoxe énoncé plus haut, nous proposons une astuce toute simple : des documents évolutifs, mais pas dans le sens habituel où l'on complète un document au fur et à mesure que les connaissances s'enrichissent.

Il s'agit au contraire de faire disparaître les références écrites à mesure que la mémorisation progresse et qu'elles ne sont donc plus nécessaires.

Si je connais bien la table de 5, il n'est pas nécessaire que je l'aie sous les yeux.

Dans la table de 6, je ne connais peut-être pas tout, mais il y a sans doute quelques résultats que je connais.

Cette façon de procéder plaide pour un outil individuel plutôt que pour un affichage collectif, lequel serait au mieux adapté à quelques élèves.

 

On peut laisser les élèves décider eux-mêmes des résultats qu'ils doivent masquer.

En cas d'erreur, s'ils sont trop optimistes et se trompent plusieurs fois à propos d'un résultat qu'ils croyaient savoir, il sera toujours possible de revenir en arrière et d'écrire à nouveau ce résultat.

 

Il nous semble intéressant de donner une certaine solennité au masquage des résultats connus. Par exemple y consacrer quelques minutes en fin de semaine ou de quinzaine pour mettre en évidence les progrès faits.

On peut aussi proposer aux enfants des objectifs raisonnables : chacun choisit un résultat (ou un tout petit nombre de résultats) qu'il cherche à mémoriser d'ici la prochaine séance de masquage des tables.

Proposer d'apprendre un ou deux résultats en une semaine peut sembler manquer d'ambition, mais si on tient compte de la commutativité (six fois sept, c'est autant que sept fois six) et du fait que certains résultats sont connus en arrivant en cycle 3, si ce défi est relevé, tous les résultats nécessaires seront connus avant la fin de l'année de CE2.

 

 

.

tablemasquee1
tablemasquee2